Outils du site


Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
aven-accueil-centre-les-echos-presse-2015-09-janvier-irradies-indemnisation-sans-panache [2015/01/30 03:36]
bernadette
aven-accueil-centre-les-echos-presse-2015-09-janvier-irradies-indemnisation-sans-panache [2019/05/07 05:41] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +<​html>​
 +<​head>​
 +<body style="​background-color:​ #​1590A5">​
 +</​body><​div style="​background:​ #​D8D8D8;"> ​
 +</​heard>​
 +</​html> ​
  
 +<​DROITE>​[[http://​www.aven.org/​aven-centre|Retour Page des Correspondants du Centre]]</​DROITE>​
 +
 +<​CLEAR>​
 +
 +<​DROITE>​[[http://​www.aven.org/​aven-centre-les-echos|Retour Page Les Echos de la Région Centre]]</​DROITE>​
 +
 +====== Articles de Presse Région Centre 2015 ======
 +
 +===== Irradiés : indemnisation sans panache =====
 +**
 +lanouvellerepublique.fr Indre-et-Loire le O9 janvier 2015 Par: Mariella Esvant**
 +
 +
 +//​**Nouvelle victoire pour les “ irradiés de la République ”. Un Tourangeau, ex-militaire,​ vient de recevoir son avis d’indemnisation. 44 ans après avoir survolé les panaches radioactifs en Polynésie.**//​
 +
 +{{:​wiki:​centre:​aven-la-missive-du-ministere.jpg?​350 |}}
 +
 +Une somme de 11.385 euros. Hervé (1), 76 ans, a reçu peu avant Noël une lettre signée de la main du ministre de la Défense. Le paraphe tracé à l'​encre bleue entérine l'aval donné par le Comité d'​indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen). Hervé est l'un des 950 dossiers défendus par l'Aven (2), le 18e Français indemnisé, le premier en Indre-et-Loire.
 +
 +L'​adjudant-chef à la retraite, navigateur sur les Vautours qui plongeaient dans les panaches radioactifs au-dessus des atolls polynésiens dans les années 70, touchera donc 11.385 euros ; pour les 22,4 millisieverts reçus, pour avoir développé un cancer de la peau diagnostiqué en janvier 2009 et une tumeur à l'​intestin diagnostiquée en avril 2011. « Ils ont arrondi généreusement à 11.400 € », ironise le Tourangeau. Sans acrimonie aucune. « L'​État reconnaît sa responsabilité », tranche-t-il. Tant pis pour les détails comptables.
 +
 +Hervé avait 32 ans, une femme et deux enfants, quand il prend les airs pour sa première campagne polynésienne. Il prend ses quartiers sur l'​atoll d'Hao avec 27 autres aviateurs et une cinquantaine de mécaniciens. « Pour beaucoup de militaires appelés, c'​était vraiment bien, " le Pacifique "​ ! », se rappelle-t-il. Lui est pondéré, déjà : « C'​était loin de la France… »
 +
 +Les sites nucléaires,​ il en avait déjà vu un, de près. « On faisait du transport de matériel à Reggane [Algérie]. C'est là qu'on a testé la première bombe, en 1960. Quand on passait au-dessus de l'​Atlas,​ les passagers demandaient à passer au-dessus du "​ point zéro "​. » C'est dire le peu de cas que l'on faisait alors des radiations. Ce n'est qu'à partir « de 2004 » estime son épouse aujourd'​hui,​ que l'​ancien militaire a commencé à soupçonner les risques encourus.
 +
 +**"​ Pour beaucoup c'​était bien, le Pacifique ! "​**
 +
 +« Hao était une base avancée, à plus de 1.000 km de Papeete, situe-t-il. Nous stationnions là, et quand il y avait un tir, nous allions avec nos avions vers les sites de Mururoa ou Fangataufa. Au départ, nous étions là pour tirer des engins [missiles équipés de "​ récupérateur ",​ NDLR] dans le nuage, à 15 km de nous, pour faire des prélèvements. Mais si les tirs n'​étaient pas bien effectués, ce qui était souvent le cas, nous devions traverser le nuage pour prélever des poussières directement dans des fûts fixés sur les avions. »
 +
 +Du 31 janvier au 17 août 1970, il est des escadrons qui explorent 8 tirs nucléaires,​ puis deux encore du 13 mai au 22 juillet 1974. Au retour à la base, « on devait se changer dans l'​avion,​ tout jeter, et passer à la douche jusqu'​à ce que le dosimètre passe au vert », raconte-t-il. Les millisieverts – on parlait alors de mRems – reçus lors des traversées sont soigneusement consignés dans son dossier de dosimètre. « On passait dans un caisson. » Ce qui n'a pas été mesuré alors n'est pas compté. « Les mécaniciens qui bossaient pendant des heures sur les avions contaminés n'ont droit à rien », dénonce-t-il.
 +
 +C'est pour eux, pour leurs veuves, pour les autres personnels dont le dossier n'​entre pas dans le cadre très étroit de la loi du 5 janvier 2010 régissant l'​indemnisation des militaires exposés aux essais, qu'il continuera à soutenir l'​Aven,​ qui l'a soutenu lui, le long de quatre années de procédure.
 +
 +(1) Le prénom a été changé à sa demande, par souci de discrétion.
 +(2) Association des vétérans des essais nucléaires. Jean-Louis Camuzat, délégué régional, tél. 06 72 77 33 65www.aven.org
 +
 +
 +<​DROITE>​[[http://​www.aven.org/​aven-acceuil|Retour Page d'​Accueil]]</​DROITE>​
 +
 +<​html><​br><​br></​html>​
aven-accueil-centre-les-echos-presse-2015-09-janvier-irradies-indemnisation-sans-panache.txt · Dernière modification: 2019/05/07 05:41 (modification externe)