Outils du site


Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
Prochaine révision
Révision précédente
aven-accueil-centre-les-echos-presse-2016-25-fevrier-dans-l-enfer-des-essais-nucleaires [2016/02/28 09:04]
bernadette
aven-accueil-centre-les-echos-presse-2016-25-fevrier-dans-l-enfer-des-essais-nucleaires [2019/05/07 05:41] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +<​html>​
 +<​head>​
 +<body style="​background-color:​ #​1590A5">​
 +</​body><​div style="​background:​ #​D8D8D8;"> ​
 +</​heard>​
 +</​html> ​
  
 +<​DROITE>​[[http://​www.aven.org/​aven-centre|Retour Page des Correspondants du Centre]]</​DROITE>​
 +
 +<​CLEAR>​
 +
 +<​DROITE>​[[http://​www.aven.org/​aven-centre-les-echos|Retour Page Les Echos de la Région Centre]]</​DROITE>​
 +
 +====== Articles de Presse Région Centre 2016 ======
 +
 +===== Dans l'​enfer des essais nucléaires =====
 +
 +**Article Nouvelle République Indre 36.Le 25/02/2016 par Albane Ratsivalaka**
 +
 +Le discours de Hollande à Tahiti ? Après les paroles, Jean-Louis Camuzat, qui a vécu les essais nucléaires,​ actes. Et raconte son expérience polynésienne.
 +Après une trentaine d'​années passées à Luçay-le-Mâle,​ où il exerçait la profession de coiffeur, Jean-Louis Camuzat s'est retiré depuis dans le Loir-et-Cher. Il a désormais tout le temps de se consacrer à l'​Association des vétérans des essais nucléaires (Aven) dont il est et le référent juridique pour la région Centre-Val de Loire.
 +
 +**Pourquoi vous êtes-vous retrouvé à Mururoa pendant les essais nucléaires ?**
 +
 +En 1969, je suis appelé pour mon service militaire. Quand vous avez 20 ans et qu'on vous propose d'​aller à Tahiti, vous courez ! On était qu'on allait vivre. Les médias ne disaient pas grand-chose sur les essais ; nos parents n'​étaient pas informés et de Gaulle, avec l'​armée,​ s'​agissait de " tirs propres ". Nous n'​avions aucune crainte, nous étions confiants.
 +
 +**Comment se déroulait un essai ?**
 +
 +Quelques heures avant l'​explosion,​ tous ceux qui se trouvaient sur l'​atoll embarquaient dans le bateau-base qui s'​éloignait à environ une kilomètres de la côte. Au moment du compte à rebours, il fallait qu'on se mette dos au flash et la tête cachée dans les bras. C'​était la seule sécurité.
 +
 +**" On se prenait en photo devant le champignon "Et ensuite ?**
 +
 +Quand l'​explosion avait eu lieu, nous nous retournions pour voir le champignon s'​élever. Nous nous prenions en photo devant, nous étions Puis, nous revenions rapidement sur l'​atoll et la vie reprenait son cours. Quelques rares zones étaient interdites. Pas une avons pensé que c'​était dangereux. L'​armée nous disait que ce n'​étaient que des essais.
 +
 +**Que s'​est-il passé quand vous êtes revenu en métropole ?**
 +
 +Je suis rentré en juillet 1970. J'ai rapidement eu des problèmes intestinaux. Nous étions plusieurs anciens de Mururoa à avoir des pathologies On nous disait que c'​était la turista, due au séjour sous les tropiques. Puis, les problèmes de santé se sont installés avec l'​âge.
 +
 +**Quand avez-vous rejoint l'​Association des vétérans des essais nucléaires ?**
 +
 +C'​était en 2001. Je venais de me faire opérer de l'​estomac. De plus en plus d'​études médicales révélaient que les vétérans des essais pathologies : thyroïde, intestin, oesophage, estomac… Imaginez : nous buvions l'eau de mer de l'​atoll,​ qui était dessalée. Et le boulanger, directement de l'eau de mer. J'ai ingéré des particules nucléaires pendant un an…
 +
 +**Qu'​avez-vous pensé du discours de François Hollande, mardi, à Papeete ?**
 +
 +Je peux vous dire que nous étions tous devant nos écrans à attendre son discours. Bon, OK, il a reconnu les conséquences néfastes l'​avaient déjà dit. Les Polynésiens,​ eux, souhaitaient des excuses : ils ne les ont pas eues. Nous, les vétérans, nous voulons tout simplement l'​indemnisation de tous les anciens, qu'ils soient civils ou militaires. Autrement dit, nous demandons que l'​article 7 de la loi Morin
 +risque négligeable ", disparaisse. Nous ne voulons pas de cas par cas. Tant que cette loi ne sera pas modifiée, nous considérerons qu'il François Hollande doit passer aux actes.
 +
 +L'Aven organise une réunion publique, **samedi 5 mars, à 14 h,**
 +à la salle des fêtes de Touren-
 +Sologne (Loir-et-Cher).
 +
 +**Contact :** Jean-Louis Camuzat,
 +
 +**Tél.** 06.72.77.33.65 ; 
 +
 +**Mail:** [email protected]
 +
 +**repères**
 +
 +//La longue attente//
 +
 +De 1966 à 1996, la France a effectué 181 essais nucléaires en Polynésie française. Les Polynésiens attribuent à ces essais la cause de du 5 janvier 2010, dite loi Morin, du nom de l'​ancien ministre de la Défense, « a le mérite d'​exister,​ reconnaît Jean-Louis Camuzat,
 +l'​indemnisation des victimes : sur un millier de dossiers, à peine une dizaine ont abouti ».
 +François Hollande a déclaré, mardi, devant la présidence polynésienne,​ vouloir « modifier le décret d'​application pour préciser la notion catégories de victimes, lorsqu'​il est démontré que les mesures de surveillance indispensables n'​avaient pas été mises en place. »
 +Pas suffisant, selon les membres de l'Aven qui vont envoyer une lettre ouverte aux députés.
 +
 +<​DROITE>​[[http://​www.aven.org/​aven-acceuil|Retour Page d'​Accueil]]</​DROITE>​
 +
 +<​html><​br><​br></​html>​
aven-accueil-centre-les-echos-presse-2016-25-fevrier-dans-l-enfer-des-essais-nucleaires.txt · Dernière modification: 2019/05/07 05:41 (modification externe)